La dictature hitlérienne

 

 

 

 

A propos de la liberté

"Le monde ne sera sauvé, s'il peut l'être, que par des "insoumis". Sans eux, c'en est fait de notre civilisation, de notre culture, de ce que nous aimions et qui donnait à notre présence sur terre une justification secrète." André Gide

 

VEILLE DE PLANÈTE LIBERTÉS

 

pour ne pas les oublier

La responsabilité des États

JOURNALISTES ASSASSINES

Journalistes et travailleurs des médias assassinés

ACTES EXEMPLAIRES

Combats pour la conquête des libertés

Documentaires, films

Droits de l'homme et organisations internationales

TEXTES FONDATEURS DES Droits de l'homme

ONG. Institutions nationales et internationales

La Cour Pénale Internationale

Crimes contre l'humanité

La peine de mort DANS LE MONDE

RÉVOLTES ET RÉVOLUTIONS

Les grandes contestations de l'Histoire

La révolte de Prométhée

Le procès de Dieu

Spartacus : l'esclave révolté.

Délivrer l'humanité des terreurs religieuses : Lucrèce

Épicure : la sagesse comme contestation

La contestation du romantisme

Les géants de 1789

L'ère des Lumières : contestation des humanistes, des libertins, des encyclopédistes

Utopie libertaire et anarchisme métaphysique

Dissidence Résistance Esclavage Réfugiés

De la dissidence

Les camps de travail

Exil et réfugiés

Histoire de l'esclavage

De la torture

La Résistance

 DICTATURES DU XXe SIÈCLE

Le temps des dictatures

Dictature hitlérienne

Staline, le règne de la terreur sur la Russie

La dictature Mussolinienne

Franco et la guerre civile espagnole

Le totalitarisme du Grand Timonier

Le coup d'État des colonels grecs

Les juntes militaires en Amérique du sud dans les années 1970

LE PHÉNOMÈNE GÉNOCIDAIRE

Vingtième siècle : le siècle du génocide

Commentaires sur le phénomène génocidaire

Prévention des génocides

Famines : une forme de génocide

Enfants victimes de génocide

Le viol au service du génocide

Eugénisme et génocide

Génocide nucléaire

Psychologie et psychosociologie du génocide

LES PRINCIPAUX GÉNOCIDES

Le génocide arménien

Génocides en Union soviétique

Le génocide juif

Le génocide cambodgien

Le génocide rwandais

MASSACRES GÉNOCIDAIRES DANS LE MONDE

Massacres génocidaires

Peuples indigènes : victimes de génocide

Le massacre génocidaire des Tsiganes

La destruction des Aborigènes d'Australie et de Tasmanie

Massacres génocidaires amérindiens

La destruction des Indiens d'Amérique du Nord

Massacres génocidaires en Chine

Massacres génocidaires au Tibet

Timor-Oriental : la logique génocidaire de l'Indonésie

Nigéria : conflits génocidaires, le drame biafrais

L'Inde, Bangladesh, Pakistan, violences croisées

Soudan : guerre civile de forme génocidaire. Massacres de masse au Darfour

Nettoyage ethnique et génocide en Bosnie et en Croatie

Documentaires, Films : génocides et massacres génocidaires

AUTEURS ET PENSEURS DE  LA LIBERTÉ

Textes sur la liberté

Citations sur la liberté

ART ET LIBERTES

Guernica : une oeuvre puissante à portée universelle

George Orwell : 1984

Metropolis : un film d'un intérêt universel

La liberté en poésie

DROITS DES ANIMAUX

Déclaration universelle des droits des animaux

ACTIONS ET ASSOCIATIONS

(Les liens en lettres capitales de cette couleur,  sur cette page d' ACCUEIL correspondent à des portails internes)

 © Copyright 2010 " Planète Libertés".

Tous droits réservés

Contact

  © Planète Libertés

 

 

"Adolf Hitler bouleversa l’histoire du XXème siècle. Autodidacte et orateur brillant, il répandit son idéologie nazie dans toute l’Allemagne. Nommé chancelier en 1933, il instaura sa dictature à partir de 1934, époque où il devint le « Führer ». Face à sa politique militaire d’annexion de territoires, la Seconde Guerre mondiale était devenue inévitable. Comme il l’avait annoncé dans son livre Mein Kampf, il mit en place la solution finale destinée à l’extermination des Juifs. 6 millions de personnes trouvèrent la mort dans les camps de concentration (Juifs, Tsiganes, homosexuels, handicapés).

Adolphe Hitler

Né en 1889 à Braunau am Inn (Autriche), Adolf Hitler est le quatrième enfant d’un douanier et d’une mère d’origine paysanne. Le jeune Adolf, qui aurait subi les violences de son père, devient orphelin à quatorze ans. Elève médiocre, il abandonne ses études à l’âge de seize ans. Il mène une existence de bohème, fréquentant les théâtres. Il apprécie la musique de Wagner et s’intéresse à l’architecture. Il tente par deux fois sans succès d’entrer à l’Académie des Beaux - Arts de Vienne en 1907 et 1908.

En proie à des difficultés financières, Adolf Hitler, qui touche une petite pension d’orphelin, peint et vend des tableaux pour gagner sa vie. Il découvre des écrits prônant l'anti-parlementarisme, le pangermanisme, le racisme, le nationaliste et se forge ses propres convictions. Il éprouve un grand mépris pour les masses et pense que le peuple juif est la source de tous les problèmes que connaît la nation allemande.

Hitler s’installe à Munich pour échapper au service militaire dans l’armée autrichienne. Sa tentative échoue. Mais un examen médical des autorités autrichiennes le déclare inapte pour faiblesse de constitution. Hitler retourne en Allemagne.

 Bannière nazie

Au service de l’armée bavaroise.

Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, Hitler se porte volontaire. Il est blessé deux fois et reçoit la Croix de fer de 1ère classe. A la fin de la guerre en 1918, il reste dans l’Armée et rentre à Munich. En 1919, il assiste la répression de la révolution de l’extrême gauche. Il participe à une commission enquêtant sur ces événements. Il reçoit la mission de combattre les idées marxistes et commence à faire de la propagande. Hitler adhère au petit parti ouvrier allemand (DAP) en 1919, qui deviendra l’année suivante le parti socialiste nationaliste des travailleurs allemands (NSDAP). En 1921, il devient Führer ou président de ce parti qui compte alors plus de 3 000 militants.

Hitler organise des meetings pour répandre ses idées qui deviennent la base de l’idéologie nazie. Orateur de talent, il gagne en popularité et devient un des personnages incontournables de la scène politique de Bavière. Il tente de s’emparer du pouvoir par la force le 8 novembre 1923 mais le putsch de Munich échoue. Hitler est arrêté. Lors de son procès, il se revendique comme un patriote indigné et gagne la sympathie de tous les allemands nationalistes. Il est condamné à cinq ans de prison, mais n’y passe que neuf mois pendant lesquels il rédige Mein Kampf (Mon combat), qui paraît en 1925. Cette expérience lui fait comprendre que s’il veut arriver à la tête de la nation allemande, il devra le faire de façon légale.

 Joseph Goebbels

Il est libéré lors de l’amnistie générale de 1924. Hitler modifie son parti. C’est à cette époque qu’il fait la connaissance de Joseph Goebbels. Le NSDAP voit sa popularité monter en flèche entre 1928 et 1932. Le climat politique instable et la situation économique catastrophique suite à la crise de 1929 contribuèrent au succès du parti. Aux élections de 1930, le parti obtient 107 sièges au Reichstag.
Hitler continue sa propagande, attribuant la mauvaise situation économique du pays aux Juifs et aux communistes. Ses fidèles (Göring, Goebbels, Rosenberg) mettent en place un véritable culte de la personnalité. Hitler apparaît comme l’homme dont l’Allemagne a besoin.

La montée au pouvoir

Le président de la République allemande, le maréchal Paul von Hindenburg, refuse un temps de nommer Hitler chancelier bien que le NSDAP marquait d’importants scores aux élections régionales. Le climat se dégrade considérablement et le pays est au bord de la guerre civile.

C’est dans ce contexte que le président Hindenburg décide contre son gré de nommer Hitler à la chancellerie du Reich le 30 janvier 1933. Il n'a aucune sympathie pour le leader du Parti national-socialiste qu'il traite de "caporal bohémien". Dans son entourage, il est poussé par l'ancien Chancelier Franz von Papen et le magnat de la presse nationaliste Alfred Hugenberg. Les deux hommes espéraient récupérer la popularité du NSDAP à leur profit et pouvoir contrôler son leader charismatique.

Göring

Hindenburg charge le nouveau chancelier de former un gouvernement de "concentration nationale". Le nouveau cabinet comprend trois membres du parti nazi à des places stratégiques : Hitler à la tête du gouvernement, Göring en tant que commissaire intérieur pour la Prusse et Frick au ministère de l'Intérieur.

La dictature hitlérienne

Dans la nuit du 27 février 1933, un incendie ravage le Reichstag. Le communiste néerlandais Marinus van der Lubbe est arrêté sur les lieux de l'incendie. Il est  immédiatement désigné comme coupable par le nouveau chancelier qui voit dans cet acte criminel un complot communiste. Le parti national-socialiste (NSDAP) s'empare de l'accident pour procéder à l'élimination des communistes allemands. Dès le lendemain 4 000 responsables du PC sont arrêtés.

Au lendemain de cet événement, le président du Reich promulgue une ordonnance qui instaure l'Etat d'urgence et donne tous les pouvoirs au gouvernement. La dictature se met en place et la répression contre les opposants politiques se développe. L'interdiction du parti communiste et le soutien des conservateurs engendrent une nouvelle victoire du NSDAP lors des élections de mars 1933. Le 23 mars, le vote d'une «loi d'autorisation» donne pour quatre ans les pleins pouvoirs à Hitler. Hitler a à présent le champ libre pour interdire tous les syndicats et tous les partis politiques. Tous les signes de désaccord sont réprimés et la Gestapo, la police secrète, fait régner la peur.

La Nuit des longs couteaux

Dans la nuit du 30 juin 1934, nommé « la Nuit des longs couteaux », Hitler ordonne à l’armée d’arrêter et de tuer divers opposants politiques, dont Ernst Röhm et Franz von Papen. A la mort d'Hindenburg, le 2 août 1934, Hitler lui succède à la présidence du Reich et cumule les postes de chancelier et de Führer. Hitler prend des mesures antisémites avec les lois de Nuremberg en 1935. Les Juifs, les opposants politiques et les démocrates sont envoyés dans des camps de concentration.

Le 16 mars 1935, le Führer rétablit le service militaire obligatoire.

Se basant sur l’idée d’appartenance à une race supérieure (la race aryenne), Hitler décide d’annexer les pays germanophones limitrophes (Anschluss) : l’Autriche, la Tchécoslovaquie. Face à l’invasion de la Pologne pour assurer l’« espace vital », la communauté internationale réagit et la Seconde Guerre mondiale éclate.

La Seconde Guerre Mondiale

En 1940, les armées allemandes envahissent le Danemark et la Norvège puis les Pays-Bas, la Belgique et la France. Hitler devient le maître d'une grande partie de l'Europe. Le Führer adopte parfois des stratégies payantes mais il est parfois trop ambitieux comme à Stalingrad. Il porte peu de considération à l’avis de généraux expérimentés.

Parallèlement à ces combats, il applique la solution finale qui doit aboutir à l’extermination des Juifs. 6 millions de personnes furent tués dans les camps de concentration et d’extermination.

 Stalingrad

En 1941, les troupes d’Hitler entrent en Union soviétique. Prévoyant une guerre rapide, Hitler ne prévoit pas de provisions pour l’hiver. Les armées allemandes progressent, sont arrêtées dans la proche région de Moscou, puis subissent la contre-attaque des armées soviétiques en décembre 1941. Occupé sur le front est, Hitler délaisse un peu la façade atlantique. Les défaites rendent le Führer de plus en plus irritable.

 

 Le bunker à Berlin où Hitler se suicida

Le 20 juillet 1944, le Führer échappe à une tentative d’assassinat orchestrée par le colonel Stauffenberg et

quelques autres officiers. Il sent la défaite se profiler et ordonne la destruction de l’ensemble des infrastructures industrielles de l’Allemagne (ordre que très partiellement exécuté).

Le 30 avril 1945, alors que les troupes de l’Armée rouge pénètrent dans Berlin, Hitler met fin à ses jours dans son bunker. Sa maîtresse, Eva Braun, qu’il a épousée la veille, se suicide avec du cyanure. Dans son testament, Hitler désigne comme successeur l'amiral Karl Dönitz.

Adolf Hitler tenta d’imposer sa vision du monde, basée sur une différence de race entre les hommes. Sa dictature, heures parmi les plus sombres du XXème siècle, reste dans la mémoire collective une mise en garde contre la folie des hommes.

Extraits de textes figurant sur le site de linternaute Encyclopédie

 

Adolphe Hitler

L'Allemagne nazie : un Etat totalitaire

Biographie d'Adolphe Hitler

Aloïs Hitler

Les Grands Noms de l'Histoire : Adolphe Hitler

 7 Livres sur Adolphe Hitler

Hitler, Adolf Braunau, Autriche, 1889 - Berlin, 1945

Discours d'Hitler

La résistance allemande

La Rose blanche (1942 - 1943)

La tentative d'assassinat d'Hitler

La tentative d'assassinat d'Hitler par Michel Dongois

Les preuves de la collusion entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique stalinienne

Les trois jours où Hitler a perdu la guerre

Walter Rathenau

Opération Walkyrie

Le film : la chute

Retour à la page d'accueil

Actualisation des liens 22/02/2014